Le Meilleur Logiciel de Trading Automatique en 2020

Do your part ( a step by step guide )

Quoting user IronNoggin over @ outdoorsmenforum.ca all credit for steps 2-6 goes to him!
original post
A french version of this guide will be put together in the days to come, if anyone that is bilingual wants to pitch in, send me a message, please. I would appreciate it.
Time to start rolling hard on this folks.

ENGLISH VERSION

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 1:

Sign the e-2574 and e-2576. Sponsored by The Honourable Michelle Rempel Garner) (Conservative) and Todd Doherty (Conservative)

Petition to the Prime Minister

Whereas:
We, the undersigned, citizens of Canada, call upon the Prime Minister to immediately scrap his government’s May 1, 2020, Order in Council decision related to confiscating legally owned firearms and instead pass legislation that will target criminals, stop the smuggling of firearms into Canada, go after those who illegally acquire firearms, and apologize to legal firearms owners in Canada.

------------------------------------------

Petition to the Government of Canada

Whereas:
We, the undersigned, citizens of Canada, call upon the Government of Canada to immediately repeal the Order in Council issued May 1, 2020.

DO NOT FORGET TO CONFIRM YOUR IDENTITY BY EMAIL AFTER SIGNING OR YOUR SIGNATURE WILL NOT COUNT

It may take up to a few hours to receive said email. The system is overloaded currently.
https://petitions.ourcommons.ca/en/Petition/Details?Petition=e-2574
https://petitions.ourcommons.ca/en/Petition/Details?Petition=e-2576

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 2:

I fired off the following letter this morning, and am now posting it on several forums so that others can copy it and send to our Governor General over their own name:
May 4, 2020

An Open Letter to Her Excellency Julie Payette the Governor General of Canada
First I would like to take this opportunity to congratulate you for your performance in your role as the Governor General of Canada. Your professionalism is both steadfast and admirable.

To the point of this letter:

On May 1, 2020, Justin Trudeau and the Liberal Party of Canada, collectively constituting a minority government in Canada, intentionally set out to subvert and thwart parliamentary procedure in Canada. In their haste to make political points on the recent tragedy in Nova Scotia, they decided to forgo debate in the House over one of the more significant pieces of Legislation they have introduced in their new term. This action was and is an obvious misuse of the Order In Council process on the part of a government uncertain if their proposed Legislation would survive open parliamentary debate.

Fortunately in Canada there exists a “Safety Net” designed explicitly to prevent such forms of abuse, and that safety net resides within you and your office. As relating to this matter, the Criminal Code of Canada specifically states:

Criminal Code Version of section 117.15 from 2015-06-18 to 2020-04-21: Regulations

117.15 (1) Subject to subsection (2), the Governor in Council may make regulations prescribing anything that by this Part is to be or may be prescribed. 
Marginal note: Restriction

(2) In making regulations, the Governor in Council may not prescribe anything to be a prohibited firearm, a restricted firearm, a prohibited weapon, a restricted weapon, a prohibited device or prohibited ammunition if, in the opinion of the Governor in Council, the thing to be prescribed is reasonable for use in Canada for hunting or sporting purposes.

Justice Minister David Lametti himself provided evidence of support for these firearms’ application for hunting purposes when he stated: “There will be an exception for Indigenous people’s exercising a section 35 hunting right, as well as those who use the weapon for hunting to feed themselves or their family,”.

Many of the listed firearms have been used both historically and at present for hunting. Classic examples include the Ruger Ranch Rifle (a common item on many farms and ranches for both hunting and predator control) and the majority of bolt action rifles the proposed list encompasses.

The balance of the firearms on the list are currently employed for shooting sports – target shooting and competitive shooting sports. All of those which were previously classed as “Restricted” were only made available for individual ownership for the specifically noted qualification of sporting purpose use.
There is clear and compelling evidence that many firearms on this poorly designed list meet the criteria of “Reasonable use in Canada for hunting or sporting purposes”.

While exemptions to the citation above exist, they are based upon insubstantial change or urgency:

Exception — minor changes

(2) A regulation made under section 117 may be made without being laid before either House of Parliament if the federal Minister is of the opinion that the changes made by the regulation to an existing regulation are so immaterial or insubstantial that section 118 should not be applicable in the circumstances.
Marginal note: Exception — urgency

(3) A regulation made under paragraph 117(i), (l), (m), (n), (o), (q), (s) or (t) may be made without being laid before either House of Parliament if the federal Minister is of the opinion that the making of the regulation is so urgent that section 118 should not be applicable in the circumstances
No-one in Canada is suggesting that the proposed Legislation is “so immaterial or insubstantial” that the OIC was necessary or should be passed forthwith.

The very design of the Legislation itself precludes any overwhelming “urgency” in that owners are automatically granted a two-year amnesty, and that provisions for “grandfathering” (which will allow owners to retain these items for life) are incorporated. The only urgency relating to this matter is centered on the behavior of Justin Trudeau and the Liberal Party in their headlong rush to capitalize on the tragic happenings in Nova Scotia recently. There exists NO “clear and present danger” from the most vetted citizens this country has at this point.

Those exemptions are the only two allowed by the Canadian Criminal Code. The Legislation as presented clearly does not qualify with either definition.
I thereby call on you, as Governor-General of Canada to deny the Order In Council as presented as prescribed in the Canadian Criminal Code Section 117.15 (2). I strongly urge you to preserve the integrity and sanctity of your Office that passing this wrongfully decreed OIC would corrupt.

I would appreciate the courtesy of a written response at your convenience.

A Very Concerned Citizen,

Email: [[email protected]](mailto:[email protected])
Address:
Her Excellency Julie Payette the Governor-General of Canada Rideau Hall 1 Sussex Drive Ottawa, ON K1A 0A1


-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 3:

By exempting "aboriginal people" in Canada, Trudeau committed a violation of the The Canadian Human Rights Act.
Any who are not of that description are being openly discriminated against based on race by your own government.
Here’s the step by step process to file an action with the Canadian Human Rights Commission: File the complaint here
Put your own words in or alter theirs to suit your situation.
First Step (Make a Complaint)
  1. I was harassed
  2. Did this happen on reserve? No.
  3. Who were you dealing with? Government of Canada
  4. Why do you think this happened? My race and My National or Ethnic Origin
  5. Where did it happen? Your province or residence
Next Step (File a Complaint)
  1. Who did this happen to? Me
  2. I am a: Canadian Citizen or Permanent Resident
  3. Where did this happen: Canada
  4. City: Your city of residence
  5. Province: Your province of residence
  6. Who were you dealing with? Government of Canada
  7. Name of business, organization or association:Justin TrudeauLiberal Party of Canada
  8. Is it ongoing? Yes
  9. When did it start? 2020-05-01
  10. Click on Next Page
  11. What happened? (Discriminatory acts):I did not receive a serviceI was harassedOthers
  12. Why do you think this happened?My raceMy national or ethnic origin
  13. Next page
  14. Tell us your story:On May 1, 2020, Justin Trudeau issued an immediate and blanket ban on 1,500 weapons. He further stated that the banned weapons were not used for hunting. Following the announcement, Justice Minister David Lametti stated: “There will be an exception for Indigenous people’s exercising a section 35 hunting right, as well as those who use the weapon for hunting to feed themselves or their family. They may continue using firearms that were previously non-restricted for these purposes until a suitable replacement can be acquired.” Allowing "First Nations" in Canada to use 1,500 weapons banned for other Canadians who are not "First Nations" unduly discriminate me as a white Canadian of European ancestry, based on my race, as well as national and ethnic origin.
  15. Next page
  16. Contact Information: Enter your actual contact information
  17. Next page
  18. Do you have legal representation? No
  19. Are you a member of a trade union? No
  20. Next page
  21. Agreements: Click on everything
  22. Submit

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 4:

For those who are on Facebook - Join the newly created CCFR Action Group and Get Involved!!
CCFR Action Facebook Group

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 5:

For those of us in BC: Regardless of your thoughts / position regarding the BCWF, they have provided a platform to voice your opposition to the draconian moves by Trudeau et al. Take advantage of that!
BCWF - YOUR FIREARMS RIGHTS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 6:

Every revocation of registration must be accompanied by instructions on how to appeal. It's called a Section 74 appeal. Every individual filing and proceeding will tie them up for years. File individually for each affected firearm you own & make it as painful as possible for them on their end.
Canadian Laws Website
NFA - What to do

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 7:

Contact all concerned MP's about this issue. Voice your disopinion, your intentions to vote, and your potential monetary pledges. Please take the time to customize your messages with a few personal words.

Dear Glen Motz, MP.
Today, I am writing to you as a concerned Canadian (a Quebecer at that). What the minority liberal government has done is unacceptable and undemocratic.
As you are probably well aware of, on May 1, 2020, Justin Trudeau and the Liberal Party of Canada, collectively constituting a minority government in Canada, intentionally set out to subvert and thwart parliamentary procedure in Canada. In their haste to make political points on the recent tragedy in Nova Scotia, they decided to forgo debate in the House over one of the more significant pieces of would-be Legislation (now regulation) they have introduced in their new term. This action was and is an obvious misuse of the Order In Council process on the part of a government uncertain if their proposed Legislation would survive open parliamentary debate.
I thereby call on you, as a member of parliament of Canada to deny the Order In Council as presented as prescribed in the Canadian Criminal Code Section 117.15 (2). I strongly urge you to preserve the integrity and sanctity of our country that passing this wrongfully decreed OIC would corrupt.
I am personally willing to dedicate monetary resources to entities that will be fighting this anti-democratic Order in Council. This issue will be a deciding factor in my voting intentions for the next federal election.
I would appreciate the courtesy of a written response at your convenience.
A Very Concerned Citizen,

-------------------------------------------------------------------------------------------

Step 8:

For those of us who can afford it. We need to financially support our advocacy groups & political parties who will be at the forefront of this entire debacle.
Conservative Party of Canada (No other party has voiced opposition. As of right now they are our only political voice on this matter)
The CCFR
CSAAA
CSSA-CILA
NFA

VERSION EN FRANÇAIS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 1:

Signez les pétitions suivantes: e-2574 et e-2576. Parrainé par l'honorable Michelle Rempel Garner) (conservateur) et Todd Doherty (conservateur)

Pétition au premier ministre

Attendu que :
Nous, soussignés, citoyens du Canada, prions le premier ministre d’abolir immédiatement le décret pris le 1er mai 2020 par son gouvernement sur la confiscation d’armes à feu détenues légalement, d’adopter plutôt des mesures législatives qui visent les criminels, de mettre un terme à l’introduction clandestine d’armes à feu au Canada, de sévir contre ceux qui acquièrent des armes à feu de manière illégale, et de présenter ses excuses aux propriétaires légitimes d’armes à feu au Canada.

----------------------------------------------

Pétition au gouvernement du Canada

Attendu que :
Nous, soussignés, citoyens du Canada, prions le gouvernement du Canada d’abroger immédiatement le décret publié le 1er mai 2020.

N'OUBLIEZ PAS DE CONFIRMER VOTRE IDENTITÉ PAR COURRIEL APRÈS SIGNATURE OU VOTRE SIGNATURE NE COMPTERA PAS

La réception du e-mail peut prendre jusqu'à quelques heures. Le système est actuellement surchargé.
https://petitions.noscommunes.ca/fPetition/Details?Petition=e-2574
https://petitions.noscommunes.ca/fPetition/Details?Petition=e-2576

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 2:

**En cours**

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 3:

**En cours**

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 4: Pour ceux qui sont sur Facebook - Rejoignez le groupe d'action CCFR nouvellement créé et impliquez-vous !!
CCFR Action Facebook Group

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 5:

Indépendamment de vos pensées / position concernant la BCWF (BC), ils ont fourni une plate-forme pour exprimer votre opposition aux mouvements draconiens de Trudeau. Profitez-en! BCWF - YOUR FIREARMS RIGHTS

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 6:

Toute révocation d'enregistrement d'arme doit être accompagnée d'instructions sur comment faire apple à la court. Cela s'appelle un appel en vertu de l'article 74. Chaque dossier et procédure individuels devra être lu et cela les occuperas pendant des années. Classez individuellement chaque arme à feu affectée que vous possédez et rendez-la aussi douloureuse que possible pour eux.
Loi sur les armes à feu
NFA - CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR ET FAIRE!

-------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 7:

Contactez tous les députés concernés à ce sujet. Exprimez votre désopinion, vos intentions de voter et vos promesses monétaires potentielles. Veuillez prendre le temps de personnaliser vos messages avec quelques mots. Cher député,
Aujourd'hui, je vous écris en tant que Canadien concerné.
Ce que le gouvernement libéral minoritaire a fait est inacceptable et antidémocratique.
Comme vous le savez sans doute bien, le 1er mai 2020, Justin Trudeau et le Parti libéral du Canada, constituant collectivement un gouvernement minoritaire au Canada, ont intentionnellement voulu renverser et contrecarrer la procédure parlementaire au Canada. Dans leur hâte de faire des remarques politiques sur la récente tragédie en Nouvelle-Écosse, ils ont décidé de renoncer au débat à la Chambre sur l'un des plus importants projets de loi (maintenant règlement) qu'ils ont présentés au cours de leur nouveau mandat. Cette action était et est une utilisation abusive évidente du processus de décret par un gouvernement qui ne savait pas si son projet de loi survivrait au débat parlementaire ouvert.
Je vous invite donc, en tant que député du Canada, à refuser le décret en conseil tel que prescrit par le paragraphe 117.15 (2) du Code criminel canadien. Je vous exhorte fortement à préserver l'intégrité et le caractère sacré de notre pays que l'adoption de ce décret salirait.
Je suis personnellement prêt à consacrer des ressources monétaires aux entités qui lutteront contre ce décret antidémocratique. Ce sujet sera un facteur décisif dans mes intentions de vote pour les prochaines élections fédérales.
J'apprécierais la courtoisie d'une réponse écrite à votre convenance.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Étape 8:

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour ceux d'entre nous qui peuvent se le permettre. Nous devons soutenir financièrement nos groupes de défense et nos partis politiques qui seront à l'avant-garde de toute ce fiasco.
Parti conservateur du Canada (Aucun autre parti n'a exprimé d'opposition. À l'heure actuelle, ils sont notre seule voix politique à ce sujet)
CCFR
NFA
CSAAA
CSSA-CILA
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
EDIT: Holy $%?#! Thank you so much for the awards. You guys are awesome. LETS BEAT THIS THING!
submitted by sempifi to canadaguns [link] [comments]

Pour une défense lutte de classe des bagagistes de Roissy ! A bas la campagne sécuritaire raciste du gouvernement ! (2006)

https://archive.is/7785M
Le Bolchévik nº 178 Décembre 2006
Buffet Royal en 2007 : austérité anti-ouvrière et terreur raciste encore une fois au menu
La chasse aux sorcières raciste de l’Etat contre 72 travailleurs, musulmans pour la plupart, à l’aéroport de Roissy, et les conditions de travail intenables imposées aux dizaines de milliers de travailleurs de l’aéroport, en disent long sur les causes de la révolte de la jeunesse des banlieues il y a un an. Cette explosion de rage de jeunes d’origine ouvrière et largement issus de l’immigration maghrébine et africaine, avait été déclenchée par la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré à Clichy-sous-Bois, morts électrocutés alors qu’ils essayaient d’échapper à une rafle raciste de la police. Ces deux jeunes avaient immédiatement été dénoncés par l’Etat comme de soi-disant délinquants et menteurs. Et ça continue : fin novembre la « justice » a annoncé que les flics responsables ne seraient pas poursuivis, et le rapport de l’IGS sur la chasse à l’homme qui avait eu lieu ce jour-là contre Zyed, Bouna, Muhittin et leurs amis, qualifie le comportement des flics comme simplement « d’une légèreté et d’une distraction surprenantes ». Pendant ce temps c’est Muhittin Altun, âgé de 18 ans, le seul survivant, qui est persécuté par la vendetta de l’Etat ; il est passible d’une peine de prison pour avoir soi-disant jeté des pierres contre une voiture de police et pour « participation avec armes à un attroupement ». Nous disons : Il n’y a pas de justice dans les tribunaux capitalistes ! Levée des inculpations contre Muhittin Altun ! Amnistie pour tous les jeunes condamnés suite à la révolte des banlieues ! La classe ouvrière multiethnique de ce pays doit défendre les jeunes de banlieue !
Les travailleurs de Roissy sont recrutés en fait dans les mêmes banlieues du Nord de Paris que celle où Zyed et Bouna ont grandi ; le frère de Bouna, Siyak Traoré, travaille à l’aéroport. Un an plus tard les conditions matérielles qui ont contribué à alimenter cette explosion – manque d’emplois, transports et système de santé défectueux, classes surchargées dans les écoles, répression quotidienne par l’Etat – rien n’a changé. En fait, à la veille des élections de 2007, la guerre contre les jeunes des minorités ethniques, désignés comme le bouc émissaire de tous les maux de la société, se déchaîne de plus en plus ; c’est à qui, de la gauche ou de la droite, battra l’autre sur le terrain de l’« ordre républicain ». Lors de l’occupation policière des cités il y a un an, nous avions dénoncé en particulier le rôle de la gauche pour son soutien à la répression, quand le PCF, le PS et LO avaient tous appelé à « rétablir l’ordre » contre les jeunes de banlieue en pleine révolte. (LO est ensuite revenue en arrière, mais ils ont décrit leur appel simplement comme « une ânerie bien sûr, mais mineure » de leur part – voir notre article sur LO page 7.) Cette trahison, et le refus de la bureaucratie syndicale de mobiliser sa base au côté des jeunes de banlieue, a encouragé l’Etat à poursuivre sa répression raciste. Nous écrivions (le Bolchévik n°174, décembre 2005) :
« L’oppression raciste et la stigmatisation des jeunes des banlieues par la bourgeoisie visent à diviser la classe ouvrière et à l’affaiblir dans son ensemble, à un moment où le gouvernement redouble les attaques et les mesures de répression contre le prolétariat en général. Une attaque contre un est une attaque contre tous ! »
Les 72 bagagistes de l’aéroport de Roissy sont visés aujourd’hui comme des « terroristes » potentiels pour les mêmes raisons – pour essayer de diviser selon des lignes raciales et affaiblir la puissance potentielle des 80 000 travailleurs de l’aéroport. Pas un seul des 72 bagagistes qui se sont vu retirer leur badge n’a jamais été accusé ou condamné pour aucun crime. D’après le sous-préfet Jacques Lebrot, on leur a retiré leur badge (qui donne accès à la zone réservée de l’aéroport où travaillent 60 000 personnes) sur la base qu’ils représentaient un risque potentiel pour les passagers. Il a déclaré qu’ils « sont liés à des mouvances fondamentalistes à visée terroriste » qui rejettent « la France et nos valeurs ». « Pour nous, quelqu’un qui va passer des vacances plusieurs fois au Pakistan, cela nous pose des questions », a déclaré Lebrot (le Monde, 21 octobre) ; Lebrot a retiré son badge à un travailleur qui avait participé avec son père à un voyage organisé Fram, « circuit au pays des maharajas », qui l’avait emmené au Pakistan, en Inde et au Bangladesh. Lebrot n’a pas fourni la moindre preuve pour étayer ses déclarations, et en fait il a exigé que ce soit les bagagistes persécutés qui fournissent la preuve qu’ils ne présentent aucun risque pour les passagers !
Cette attaque n’a rien à voir avec la lutte contre le « terrorisme » (les principaux architectes du terrorisme sont à l’Elysée et dans les ministères), ni avec la « protection » de la population ; mais elle a tout à voir avec l’arsenal croissant à la disposition de l’Etat pour écraser toute opposition et détruire les libertés. Nous nous opposons à la campagne d’« unité nationale » contre le terrorisme qui a pour but de renforcer l’Etat capitaliste raciste français.
Sarkozy a salué la chasse aux sorcières en déclarant : « Moi, je ne peux pas accepter que des gens qui ont une pratique radicale travaillent sur une plateforme aéroportuaire » (le Monde, 21 octobre). Il fait ainsi l’amalgame entre « terroristes » et travailleurs ordinaires qui se défendent ainsi que leurs collègues, et qui se battent pour la sécurité contre les patrons assoiffés de profits sur l’aéroport. Ce n’est pas un hasard que parmi les 72 de Roissy il y a des militants syndicaux qui, face à des conditions de travail qui se détériorent, se syndiquent et revendiquent. Didier Frassin, le secrétaire de l’union locale CGT de Roissy, disait, en parlant de l’intérêt croissant pour les syndicats manifesté par de nombreux jeunes recrutés dans les banlieues voisines : « Leur arrivée a contribué à renouveler le syndicat, qui ne cesse de progresser. Les directions ne s’y attendaient probablement pas. » Un autre délégué CGT chez Air France, Moustafa, ajoutait : « Ils nous ont embauchés, on s’est retrouvés délégués. On dénonce les conditions de travail, on milite, alors ils veulent nous briser en retirant les badges » (l’Humanité, 27 octobre).
Exactement. Ce que craint la bourgeoisie, c’est la force croissante de la classe ouvrière organisée multiethnique de l’aéroport ; c’est cela qui est derrière cette chasse aux sorcières. La bourgeoisie et les travailleurs ont des intérêts fondamentalement opposés et antagoniques. Le capitalisme est basé sur l’exploitation des travailleurs par les capitalistes. Il est impossible de le faire fonctionner dans l’intérêt des travailleurs ; il n’est pas réformable. Les groupes, comme LO, la LCR, le PCF, qui offrent des recettes sur comment mieux administrer le capitalisme, le rendre plus démocratique, plus social, etc., répandent le même mensonge que Jean Jaurès il y a 100 ans. Aujourd’hui comme alors, cela ne sert qu’à lier la classe ouvrière au système capitaliste de profit basé sur l’esclavage salarié et l’oppression raciste. Nous luttons pour mobiliser la classe ouvrière, indépendamment de l’ennemi de classe, des organes de celui-ci et de ses partis, pour balayer le système capitaliste par une révolution socialiste. Elle brisera et détruira l’Etat capitaliste et établira à la place un Etat ouvrier basé sur une économie collectivisée et planifiée suivant les besoins. Dans ce but, nous luttons pour construire un parti comme le parti bolchévique, pour pouvoir diriger les travailleurs à la victoire. A bas la chasse aux sorcières raciste ! Il faut mobiliser la classe ouvrière en défense des 72 de Roissy ! Pour leur réintégration immédiate dans leur poste de travail !
Vigipirate vise les travailleurs et les minorités
L’attaque contre les 72 bagagistes n’est que la dernière en date d’une longue liste à Roissy. Depuis 2004, d’après la CFDT, 3 585 travailleurs se sont vu retirer leur badge, ce qui veut dire presque automatiquement la perte de leur emploi. Le but de ces attaques, c’est de garder ces travailleurs, qui représentent la plus importante concentration de travailleurs de toute couleur de peau dans ce pays, fermement à la merci des patrons, en leur inculquant la crainte que quiconque résiste sera le prochain licencié. Il y a un an Lebrot avait agité Vigipirate rouge « pour rétablir l’ordre public » et forcer les bagagistes en grève de chez CBS à reprendre le travail sous la menace de six mois de prison (le Nouvel Observateur, 6 octobre 2005). Il avait déclaré à l’époque que leur grève accroissait la probabilité d’une attaque terroriste.
La bourgeoisie française, et ses porte-parole de droite comme de gauche, se félicitent souvent, notamment depuis que George Bush est à la Maison Blanche, que, contrairement à leurs homologues américains, ils règnent de façon juste, sociale, et égalitaire. En fait ils mettent en œuvre leur propre « guerre contre le terrorisme » avec Vigipirate depuis 1991 à l’époque de la première guerre du Golfe. Lorsque Mitterrand avait envoyé des dizaines de milliers de troupes impérialistes françaises pour combattre les Irakiens au côté des USA et de la Grande-Bretagne, les jeunes issus de l’immigration maghrébine en particulier s’étaient largement opposés à cette guerre meurtrière. Le gouvernement avait réagi en lançant Vigipirate ; il s’agissait d’attiser un climat de peur et d’insécurité en visant les jeunes qui menaçaient les sacro-saintes « valeurs républicaines » et qui manifestaient de la sympathie pour les peuples d’Irak. Des bandes de flics et de soldats en armes patrouillaient dans les gares pour empêcher physiquement les jeunes de prendre part aux manifestations dans le centre de Paris.
Dès cette époque la LTF avait protesté contre Vigipirate, et expliqué que ce plan était une arme de l’Etat capitaliste pour viser dans un premier temps des personnes ayant des attaches musulmanes, pour pouvoir ensuite réprimer la classe ouvrière dans son entier. Lutte ouvrière au contraire maintient depuis 15 ans un silence complice sur Vigipirate. Maintenant LO se lamente que le métier de bagagiste soit « sur le point d’être interdit aux musulmans » (Lutte ouvrière, 3 novembre), mais leur refus constant de s’opposer à Vigipirate est le genre de capitulation à la campagne « antiterroriste » qui a pavé la voie à l’attaque actuelle à Roissy.
Dix ans après la première guerre du Golfe, avec le 11 septembre 2001, les dirigeants français ont eu de nouveaux prétextes pour accroître les pouvoirs de la police. Comme le souligne une déclaration intersyndicale à Roissy : « L’Etat et les directions d’entreprises se sont servis du 11 septembre 2001 pour revenir sur les droits et les libertés individuelles des salariés travaillant en zone réservée » (« Nous sommes tous concernés », 27 novembre). Un syndicaliste SUD faisait remarquer : « Depuis [le 11-Septembre], on a créé un Patriot Act sur l’aéroport » (Libération, 10 novembre) ; il faisait référence à la loi « antiterroriste » aux USA introduite à la suite de l’attaque criminelle contre le World Trade Center et de l’attaque contre le Pentagone. Didier Frassin, de la CGT, disait la même chose lors d’une récente interview où il souligne l’impact de la loi sur la sécurité quotidienne (LSQ), introduite tout juste un mois après le 11-Septembre, et qui « facilite l’attitude du préfet de Seine-Saint-Denis et mène à des aberrations » (l’Humanité Dimanche, 23-29 novembre).
Buffet Royal en 2007 : c’est les ouvriers et les jeunes des banlieues qui vont déguster !
Le nombre de travailleurs de l’aéroport concernés parle pour lui-même : ce ne sont pas là des « aberrations ». Pour les patrons et leur Etat, la règle c’est l’intimidation et la répression. Peut-être que Frassin est un peu mal à l’aise parce que cette LSQ avait été introduite par le gouvernement Jospin-Buffet-Royal de « gauche plurielle » qui, comme tous les gouvernements capitalistes dans le monde, avait cherché à tirer parti de l’hystérie antiterroriste après le 11-Septembre pour serrer la vis à l’ensemble de la population. Mais les bureaucrates syndicaux, au nom de l’« unité nationale » et de la loyauté envers leur gouvernement de front populaire, avaient laissé voter cette loi sans protester.
Le passage de la LSQ sous Jospin n’est qu’un exemple de comment un gouvernement de front populaire paralyse les luttes ouvrières. Nous nous opposons inconditionnellement et par avance à tout vote et tout soutien, au premier ou au deuxième tour, à une telle alliance qui va du PS et du PC à des bourgeois soi-disant de gauche comme les Verts, les chevènementistes, etc. Ce n’est pas le cas des organisations réformistes, qui se préparent à dire à la classe ouvrière de voter au deuxième tour pour la candidate du front populaire, Ségolène Royal, comme un « moindre mal » (pour LO, voir notre article page 7). La LCR monte en épingle son refus de participer à un gouvernement avec Royal, en opposition au PCF. Mais c’est pour dissimuler qu’ils s’apprêtent tout comme le PCF à voter Royal : cette organisation qui, ces 32 dernières années, a toujours voté pour le candidat du front populaire au deuxième tour des présidentielles (sauf en 2002 où ils ont voté Chirac), a cyniquement déclaré (voir Rouge, 16 novembre) :
« Puisqu’il faut être le plus clair possible, nous rappelons qu’il n’y a, chez nous, aucune tentation de renvoyer gauche et droite dos à dos. Virer la droite en 2007 est pour nous une mesure de salubrité publique. »
La stratégie des réformistes se limite à essayer de faire pression sur la bourgeoisie pour qu’elle fasse quelques concessions, qui peuvent être octroyées aujourd’hui mais reprises demain. Si le front populaire revient au pouvoir, il continuera, tout comme le gouvernement Jospin-Buffet avant lui, d’administrer l’Etat capitaliste raciste français et à protéger les intérêts des entreprises françaises contre leurs rivales étrangères, tout cela sur le dos des travailleurs.
A bas la « guerre contre le terrorisme » de la bourgeoisie !
Avant de donner le badge nécessaire pour travailler dans la zone réservée de Roissy, les flics épluchent maintenant cinq différentes bases de données. Si l’on y figure pour un excès de vitesse, une soirée bruyante ayant abouti à un dépôt de plainte d’un voisin, le fait de ne pas avoir payé à temps sa redevance télé ou ses impôts, même sans avoir été condamné, on ne se fait pas embaucher, ou on perd son badge lors d’un contrôle périodique. Les patrons utilisent aussi ces données pour s’immiscer dans la vie privée des travailleurs et pour imposer leur ordre moral bourgeois, comme le condamne à juste titre la déclaration intersyndicale du 27 novembre. Il y a le cas particulièrement scandaleux d’un steward homosexuel qui avait été appréhendé au Bois de Boulogne avec un prostitué, et qui a dû signifier au préfet et aux autorités aéroportuaires qu’il acceptait de voir un psychiatre et de faire un « travail sur lui-même » pour garder son emploi. Tous les travailleurs visés par les lois sécuritaires répressives de Jospin et Sarkozy doivent être réintégrés immédiatement ! A bas la croisade d’ordre moral de l’Etat !
Ce sont ceux qui administrent le système capitaliste qui perpètrent la terreur de masse et des massacres barbares, aveugles et prémédités à une échelle gigantesque. Les crimes contre l’humanité qui sont synonymes de l’impérialisme français – des massacres pendant la guerre d’Indochine à la torture en Algérie et au génocide du Rwanda – sont la marque de fabrique du capitalisme dans son agonie. Et de même les attaques des CRS contre les travailleurs en grève et les jeunes qui protestent, ainsi que les attaques contre les salaires et les conditions de travail des ouvriers, la terreur des flics et la pauvreté dans les banlieues.
Ce n’est certainement pas la première fois, ni la dernière, qu’un secteur de la classe ouvrière se fait traiter de « terroriste ». Pendant la guerre d’Algérie, sous des gouvernements de gauche comme de droite, de semblables croisades étaient monnaie courante contre la classe ouvrière multiethnique, notamment dans les grandes usines automobiles. Les travailleurs de Roissy sont visés parce que l’aéroport est stratégique pour le capitalisme français, au niveau économique et au niveau militaire, et que les patrons et leurs gouvernements comprennent très bien que ces milliers de travailleurs, avec leurs syndicats, peuvent déployer une énorme puissance sociale pour défendre leurs droits et lutter contre l’oppression.
Les capitalistes savent aussi que si les travailleurs font preuve de résistance et de solidarité de classe, cela peut devenir l’étincelle pour une lutte plus large dans le pays, notamment là où il y a encore de grandes concentrations multiethniques de travailleurs, comme dans les usines automobiles et les fabricants de pièces détachées, mais aussi dans le secteur public où des centaines de milliers d’emplois sont menacés de privatisation. A la SNCF et la Poste les patrons démantèlent les services publics en créant des unités séparées plus petites, comme Chronopost qui a une base à Roissy, afin de paver la voie à la privatisation et d’obliger les ouvriers à travailler encore plus pour un salaire plus faible. Le prochain gouvernement essaiera à nouveau d’utiliser Vigipirate, cette fois-ci contre les cheminots luttant pour défendre leurs acquis.
Le niveau de pauvreté et d’oppression raciste a considérablement augmenté, ici et dans le monde, suite à la contre-révolution capitaliste qui a eu lieu dans l’ex-Union soviétique il y a 15 ans. Cette défaite historique pour le prolétariat mondial a encouragé les impérialistes à multiplier les maraudages néocoloniaux à l’étranger et accroître l’exploitation ici. Les capitalistes d’Europe de l’Ouest, agitant le mensonge de la « mort du communisme », pensent qu’ils ont maintenant les coudées franches pour détruire les acquis de la classe ouvrière, notamment les réformes de l’« Etat-providence ». Celles-ci avaient été introduites pour essayer d’endiguer le spectre du communisme après la Deuxième Guerre mondiale, face à une classe ouvrière combative qui voulait sa vengeance du bain de sang qu’elle avait subi, et à une époque où l’autorité de l’Union soviétique avait grandi du fait qu’elle avait vaincu les nazis de Hitler. La LTF, section de la Ligue communiste internationale, a mobilisé toutes ses forces pour combattre la restauration capitaliste dans l’ex-Union soviétique, et nous continuons aujourd’hui à lutter contre les tentatives des impérialistes de restaurer le capitalisme dans les Etats ouvriers déformés restants, Cuba, le Vietnam, la Corée du Nord (voir notre article page 9) et surtout la Chine.
L’effondrement de l’Union soviétique a mené à une forte augmentation de la concurrence internationale entre les puissances impérialistes. Celles-ci, pour maintenir et accroître leur taux de profit, ce qui est indispensable dans la lutte contre leurs rivales, ont toutes sortes de méthodes, notamment d’avoir une « main-d’œuvre plus flexible » avec des plans comme le contrat nouvelle embauche ou le défunt CPE. En France notamment, le démantèlement de l’Etat-providence est considéré comme une nécessité d’airain pour l’impérialisme français, qui est bien plus faible que ses rivaux américain et même allemand.
Pour une lutte de classe contre les nouvelles attaques !
Dix sociétés seulement emploient 60 % de tous les travailleurs de l’aéroport de Roissy. Le reste travaille dans 700 entreprises sous-traitantes, où les conditions de travail sont souvent encore plus atroces. « Les jeunes des cités alentour ont été embauchés, mais il faut voir dans quelles conditions ! […] On les appelle les “dos cassés” », rapporte Didier Frassin de la CGT. Un travailleur déclare : « C’est Spartacus. Je travaille de nuit, je vois à peine ma famille. Et on nous dit que les jeunes ne veulent pas bosser ! » (l’Humanité, 27 octobre) Beaucoup de jeunes travailleurs, même quand ils sont finalement embauchés en CDI, ont souvent seulement un temps partiel ; les patrons ne veulent pas payer trop de charges sociales, et ils essaient ainsi de réduire la cohésion et la force des travailleurs. Ces derniers sont obligés de prendre un deuxième emploi pour survivre, ou de faire d’interminables heures supplémentaires. La sous-traitance a pour but de diviser la classe ouvrière, d’affaiblir les syndicats et d’empêcher des grèves unies sur l’ensemble de la plateforme. Mais les travailleurs ont leurs propres armes pour riposter : leurs intérêts de classe communs et leur solidarité dans la lutte. Ensemble, ils représentent une puissance formidable.
La confiance des bureaucrates syndicaux dans la « justice » bourgeoise ne sert qu’à démobiliser la lutte : lors d’une réunion intersyndicale appelée pour discuter des actions à prendre en défense des bagagistes, un dirigeant de la CFDT a argumenté contre une grève, et même contre une protestation immédiate, disant qu’il fallait plutôt « attend[re] de voir ce que dit la justice », plusieurs plaintes ayant été déposées contre le retrait des badges. Nous n’excluons pas de faire usage de toutes les possibilités judiciaires pour défendre ces travailleurs, mais nous n’avons pas la moindre confiance dans le système d’injustice capitaliste. Nous nous tournons au contraire vers la puissance des milliers de travailleurs unis dans la lutte. Une grève solide à Roissy en défense des bagagistes ferait rapidement réfléchir les patrons, leur préfet et leurs juges pour trouver une « solution ». On a pu avoir un avant-goût de cette puissance sociale récemment avec le CPE, où c’est la mobilisation des syndicats avec les étudiants qui a battu le gouvernement.
L’Etat n’est pas au service de la société dans son ensemble. Les exploités et les opprimés ne peuvent pas l’utiliser pour qu’il serve leurs propres intérêts. C’est une machine d’oppression de la classe ouvrière par la classe capitaliste, une machine répressive faite de soldats, de flics, de tribunaux et de prisons qui ont tous pour raison d’être de défendre la domination de classe et les profits des capitalistes contre les travailleurs. Nous disons : Flics, gardiens de prison, vigiles et agents de sécurité, hors des syndicats ! La raison d’être de l’Etat c’est d’empêcher ceux qui produisent les richesses de cette société, la classe ouvrière, d’en prendre le contrôle, et de maintenir au contraire les exploiteurs bourgeois au pouvoir. Il ne peut pas y avoir de véritable justice pour les travailleurs dans les tribunaux capitalistes. C’est ce système qui, il y a un an, a enfermé des centaines de jeunes des banlieues et qui leur a fait un casier judiciaire qui peut les consigner à un avenir de chômage. Les travailleurs doivent renverser l’Etat bourgeois et exercer leur propre domination de classe contre la résistance des capitalistes, en établissant, comme les ouvriers russes en 1917, un Etat ouvrier, la dictature du prolétariat.
Il faut rompre avec les dirigeants syndicaux traîtres !
Un exemple approprié de lutte de classe, c’est la grève d’Air France en octobre 1993 : les travailleurs ont occupé les pistes et fait grève contre le plan Attali de licenciement de 4 000 travailleurs. Le gouvernement Mitterrand-Balladur a rapidement cédé aux revendications des travailleurs de jeter ce plan à la poubelle. Il n’a pas seulement reculé parce qu’Air France perdait l’équivalent de 10 millions d’euros par jour et parce que les transporteurs étrangers menaçaient de poursuivre en justice Aéroports de Paris ; il a cédé surtout parce qu’il craignait que la grève ne s’étende à d’autres travailleurs du secteur public qui étaient aussi l’objet de suppressions d’emplois. C’est Jospin et son ministre PCF des Transports Gayssot, avec l’aide des bureaucrates syndicaux, qui a partiellement privatisé Air France cinq ans plus tard, en 1999, ouvrant la voie à la privatisation complète en 2004.
Un autre exemple de puissante mobilisation de la classe ouvrière multiethnique en lutte pour défendre ses emplois, c’était sur l’aéroport de Heathrow à Londres en 2005. Le personnel de British Airways (BA) a fait grève en défense de 6 700 travailleurs, essentiellement des femmes originaires du sous-continent indien, licenciés par Gate Gourmet, une société de catering (préparation des repas). La grève a paralysé BA et a pratiquement stoppé toute l’activité de l’un des plus grands aéroports du monde. Elle a coûté plus de 70 millions d’euros à BA, stoppé pratiquement toute sa flotte dans le monde, et semé la pagaille dans les activités de BA pendant près d’une semaine. Comme l’écrivaient nos camarades britanniques : « Ce qu’il y a d’autant plus impressionnant avec cette grève, c’est qu’elle a été entreprise en dépit des lois antisyndicales qui interdisent les grèves de solidarité avec des travailleurs d’autres entreprises, et qu’elle a été lancée en pleine hystérie “antiterroriste” du gouvernement, attisée suite aux bombardements terroristes criminels du 7 juillet » à Londres (Workers Vanguard, 2 septembre 2005). Les travailleurs de l’aéroport ont fait cette action sachant que leurs propres emplois pouvaient être les suivants, mais ils reconnaissaient que leurs intérêts et ceux de ces travailleurs du catering, surtout des femmes asiatiques, étaient les mêmes.
L’aéroport étant pratiquement arrêté et BA perdant des millions de livres, la direction syndicale a répudié les grèves en les déclarant « illégales », et les travailleurs ont repris le travail. Une fois que BA et l’aéroport avaient repris, la direction syndicale a accepté de négocier dans une position de faiblesse. Finalement certains travailleurs licenciés ont été repris, et quelques autres ont reçu des indemnités de licenciement plus élevées, mais beaucoup de travailleurs combatifs sont restés sur le carreau du fait du rôle de la bureaucratie syndicale. La grève de Heathrow, tout comme la grève d’Air France de 1993, montre que pour vaincre les attaques des capitalistes, il faut aussi une bataille contre la politique procapitaliste de la bureaucratie syndicale. Ces dirigeants traîtres cherchent en permanence à enrayer les luttes ouvrières et cherchent des « accords de partenariat », parce qu’au fond ils partagent les mêmes intérêts et les mêmes préoccupations que leur propre bourgeoisie : ils veulent que leurs « propres » capitalistes soient plus « compétitifs » que leurs rivaux étrangers.
De même que nous nous opposons à la collaboration de classes au gouvernement, nous luttons aussi contre les plans de « partenariat social » et de « dialogue social » prônés par les bureaucrates syndicaux, qui répandent le mensonge que les travailleurs et les capitalistes ont des intérêts en commun et qu’ils doivent essayer ensemble de relever les profits des patrons. Nous sommes pour une direction révolutionnaire des syndicats qui n’accepte pas les règles du jeu des patrons, ni n’avale leur hystérie raciste « antiterroriste », une direction se battant pour syndiquer les non-syndiqués, pour l’embauche en CDI de tous les précaires et pour le partage du travail entre toutes les mains sans perte de salaire. Une direction qui défende les travailleurs à la peau foncée contre la discrimination et qui exige les pleins droits de citoyenneté pour tous les immigrés, y compris en luttant contre les déportations de sans-papiers qui se chiffrent à 26 000 cette année, notamment via l’aéroport de Roissy. Dans le cadre de cette lutte nous disons : une industrie, un syndicat. La division des syndicats selon l’affiliation politique ou suivant la profession est un cadeau aux patrons qui affaiblit la force de la classe ouvrière.
A Roissy, les bureaucrates utilisent le fait qu’il y a des syndicats séparés comme couverture pour le fait qu’ils n’ont pas appelé à la grève en défense des 72 de Roissy. Ils se rejettent mutuellement la faute pour l’absence de toute décision d’action lutte de classe. Il y a eu en fait une grève le 23 octobre, appelée par la CFTC, sur la question de l’intimidation et des retraits abusifs de badges (bien que les dirigeants chauvins de la CFTC aient refusé de protester directement contre la persécution raciste des bagagistes musulmans sanctionnés). Une centaine de travailleurs d’Air France ont fait grève ce jour-là, et beaucoup ont essayé de manifester sur le tarmac, dont ils ont été refoulés par les CRS, sous la menace de se faire retirer leur propre badge s’ils essayaient de bloquer le trafic. Leur protestation aurait pu être le point de départ pour la mobilisation si nécessaire en défense de tous les travailleurs de l’aéroport persécutés, mais elle est restée isolée par les autres syndicats, notamment la CGT.
En fait cela a pris trois mois, après l’envoi des premières notifications aux bagagistes annonçant le retrait imminent de leur badge, pour que la première réunion intersyndicale se tienne sur l’aéroport le 7 novembre. Cette réunion a rassemblé les six principaux syndicats opérant à Roissy (CFDT, CFTC, CGT, FO, SUD et UNSA), et elle a décidé d’avoir une autre réunion et de produire un tract, et d’envoyer une délégation syndicale rendre visite au ministre bourgeois Azouz Begag et au préfet de Seine-Saint-Denis. Après la réunion, Sylvain Chazal, dirigeant de l’UNSA, a déclaré : « L’idée n’est pas de lancer une grève qui ne sera pas suivie. Le sujet est très délicat et nous savons qu’il y a à Roissy des vrais problèmes de sécurité. » Et la CGT a couvert son propre refus d’appeler à l’action promise, en se plaignant : « Si la CGT, plus gros syndicat de la plate-forme, est partante “pour une puissante journée d’action”, la CFDT prône “des formes d’actions différentes” » (déclaration de l’union locale CGT de Roissy-Charles-de-Gaulle, 8 novembre). Certains bureaucrates ont même argumenté à la réunion qu’il serait discriminatoire de protester contre l’injustice faite aux 72 de Roissy étant donné que chaque année des centaines de travailleurs se voient retirer leur badge ! La déclaration syndicale commune du 27 novembre, intitulée « Nous sommes tous concernés », capitule face à ce chauvinisme en ne mentionnant jamais le cas des bagagistes. Bien sûr, tous les travailleurs de Roissy sont visés dans cette affaire, mais de faire disparaître cette offensive particulière, avec son caractère raciste patent, ne peut en réalité servir qu’à diviser davantage les travailleurs.
Finalement les syndicats ont appelé à une manifestation le 14 décembre à la station RER de Roissy 1 contre la discrimination et les abus sécuritaires. Mais aucun appel à la grève ne couvrait les travailleurs qui voulaient prendre part à l’action, et seulement 250 personnes y ont pris part. Pourtant, les travailleurs peuvent être mobilisés contre la discrimination raciste : il y a eu cet automne une grève combative dans la blanchisserie industrielle Modeluxe en région parisienne, pour obtenir la régularisation des collègues sans-papiers.
L’obstacle n’est pas le manque de combativité : c’est une question politique, à laquelle les bureaucrates syndicaux ne peuvent pas toucher sérieusement. La lutte pour les sans-papiers est acceptable pour les républicains bourgeois « de gauche » que courtisent les réformistes, car elle est compatible avec les déclarations sur la France « pays des droits de l’homme » et « terre d’asile ». Mais lutter contre l’oppression des travailleurs et des jeunes de banlieue, dont la plupart ont des papiers français, exige de confronter l’oppression raciale, enracinée dans le capitalisme français, contre toute une couche du prolétariat dont les parents ou les grands-parents sont venus du Maghreb et d’Afrique noire.
Les jeunes des banlieues croient à juste titre qu’ils doivent avoir les mêmes droits que les autres Français, et ils résistent aux tentatives de les faire travailler pour les salaires et conditions de travail qui sont le lot des travailleurs sans-papiers. Ces jeunes subissent de façon disproportionnée le chômage, la précarité et la discrimination à tous les niveaux. En d’autres termes, ce n’est pas seulement une question de droits démocratiques. Cela pose la nécessité d’un programme de transition : syndiquer les non-syndiqués, lutter pour des emplois décents pour tous en répartissant les emplois entre toutes les mains sans perte de salaire. Cela pose la nécessité de lutter pour renverser par la révolution socialiste le système capitaliste pourrissant. Les travailleurs ont besoin pour cela d’un parti ouvrier multiethnique d’avant-garde, un parti comme le parti bolchévique de Lénine. C’est pour cela que nous luttons.
http://www.icl-fi.org/francais/lebol/178/roissy.html
submitted by ShaunaDorothy to FranceLeBolchevik [link] [comments]

MA PREMIERE HEURE DE CONDUITE !? (EVALUATION) - YouTube Ce que j'aurais aimé savoir avant de commencer le Trading ... ROBOTS DE TRADING AUTOMATIQUE, LES MEILLEURS ROBOTS FOREX ... Retour d'expérience sur 4 ans de trading automatique en réel Boite AUTOMATIQUE - Leçon de conduite #1 - YouTube

Le trading automatique est une méthode de trading qui utilise un algorithme basé sur un ensemble de paramètres pré-définis pour ouvrir et clôturer des positions à votre place. Les systèmes de trading automatique suppriment ainsi l’aspect émotionnel lié au trading mais nécessitent également une surveillance constante et un ... 2/ ajouter une heure début/fin. A l’heure début, le système commence à compter X bougies (et non il regarde les X précédentes). Ceci afin d’éviter au système de compter des bougies du vendredi un dimanche par ex… A l’heure fin, le système ne compte plus les bougies. Si deux ordres sont en attente d’exécution, ils sont ... L’installation de la plateforme de trading automatique vous demandera entre 20 minutes et 1 heure. Hormis cela, vous n’aurez pas besoin de prendre de décisions. La seule chose qui vous demandera du temps sera d’observer vos trades en cours. 191€ en 1 heure 34 minutes – Live Trading août 30, 2019 par wordpress Une méthode simple et prouvée pour enfin gagner de l'argent avec la bourse, de manière concrète et passive. Je commence à connaître les bases du trading mais je n'ai pas encore de méthodes pour trader moi-même. j'ai entendu parlé du logiciel de trading automatique de james torn. A ce qu'il parait c'est un logiciel très lucratif mais son cout est de 20000 euros à l'achat, beaucoup de personnalité l'utiliseraient pour leurs fortunes.

[index] [5072] [5895] [3020] [6085] [4945] [4308] [6420] [1610] [7370] [2838]

MA PREMIERE HEURE DE CONDUITE !? (EVALUATION) - YouTube

💵 💴 💶 💷 Le programme complet : https://bit.ly/3mK8Am6 . . . Investir en Bourse SANS être un expert grâce au Trading Automatique La bourse, les mains dans les... Comment les Robots de Trading manipulent les Traders et comment ne plus se faire piéger ? ... Construire une stratégie de trading automatique - Formation trading - Duration: 21:19. Nouvelle vidéo de courte formation à la programmation pour prorealtime : comment déterminer le plus haut et le plus bas entre 2 horaires dans un graphique intraday. Il s'agit d'une des ... Le trading automatique simple d'utilisation avec ProOrder En savoir plus sur ProOrder : http://goo.gl/JSmAkc Comment créer un Système de Trading : http://goo... Construire une stratégie de trading automatique - Formation trading - Duration: 21:19. IG France 14,905 views. 21:19. Oliver Velez The Most Powerful Trading Tactic of All Time - Duration: 51:52.

http://arab-binaryoption.forexmaster.space